"La justice est le premier droit reconnu à l'homme" Charles Péguy

    Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > La violence des jeunes filles se radicalise. VSD DU 10 FÉVRIER 2010

    La violence des jeunes filles se radicalise. VSD DU 10 FÉVRIER 2010

    Le 01 mars 2010
    Interview à VSD. Semaine du 10 février 2010
    Interview au Journal VSD, semaine du 10 février 2010

    "L'inconscience des adolecents"
    Etienne Lesage, avocat, explique le rôle que joue la peine de prison.
    VSD : Quand des mineures délinquantes se retrouvent en face de vous pour des faits de violence, dans quel état d'esprit sont-elles?

    Etienne Lesage :
    Il faut tout d'abord rappeler que les faits de violences aggravées concernant des jeuens filles sont rares, même si l'on ne parle beaucoup. En 2005, sur cinq cent vingt mineurs condamnés pour des crimes (viols, meurtres etc), 5% seulement étaient des filles... En revanche, leur proportion augmente dès que l'on élargit à des faits moins graves comme le vol à l'étalage ou la consommation de drogues. Dans mon cabinet, il est vrai qu'elles sont souvent inconscientes de la gravité de leurs actes. Mais il s'agit de faire la part entre le déni de la réalité, que l'on retoruve chez tous les délinquants, jeunes ou vieux, et l'immaturité propre aux ados.
    Le rôle de l'avocat est justement d'aider à la prise de conscience, en insistant pour que le mineur présente des excuses devant la victime dans le bureau du juge, comme un pas vers plus de maturité.

    VSD. Comment réagissent-elles en prison? Est-ce que la peine leur fait réaliser la gravité de leurs actes?

    E.L.
    Il n'y a pas en soi d'effet disuasif de la peine de prison, cela dépend de la personnalité des mineurs: certaines ne recommenceront jamais, d'autres si. La spécificité de la privation de liberté pour les jeunes filles, pour lesquelles il n'existe pas de maisons d'arrêt spéciales, vu leur faible nombre, c'est de les confronter à un monde inédit - alors que les garçons, eux, retrouvent souvent en détention des gens de leur quartier, et une ambiance proche de celle qu'ils connaissent. Pour les filles, si la prison est un univers plus protectuer, puisqu'ellles sont mélangées à des adultes, elle les fait aussi grandir d'un coup. La promiscuité avec des femmes ayant souvent commis des actes très graves entraîne un grand choc.

    Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualités

    c